fbpx
TOP

Happiness Cocktail

Le Cocktail du bonheur c’est une recette pour être plus positif. Parce qu’en fait on peut apprendre à notre cerveau à être plus optimiste. Par contre le cerveau c’est comme un muscle il faut le travailler régulièrement. Je vais vous proposer différents types d’exercices que j’ai pratiqués. L’idée n’est pas forcément que vous les fassiez tous mais plutôt que vous piochiez ceux qui vous parlent le plus pour que vous puissiez composer vous-même votre cocktail du bonheur.

Repérer les pensées négatives

Avant de vouloir tout changer pour devenir quelqu’un de super positif, il est important de prendre conscience de votre négativité et de savoir l’identifier. Pour cela, vous pouvez essayez de repérer les pensées négatives qui vous viennent tout au long de la journée (et vous allez voir il y en a un paquet parce que nous avons environ 50 000 pensées par jour). Lorsque vous observez une pensée négative, acceptez là mais essayez de voir comment la transformer en pensée positive.

Par exemple :
“Mon train est encore en retard, je vais arriver tard à la maison, et devoir courir partout pour rattraper tout ce temps perdu, marre marre marre…”
Si on essaie de voir le côté positif de cette situation cela peut devenir :
“Je vais profiter de ce temps là pour avancer mon livre !”

Prenez une minute à plusieurs moments de la journée pour faire ce petit processus et vous verrez que petit à petit votre cerveau fera cela tout seul (comme un grand !).

On fait le tri ! On jette le négatif

Comme nous l’avons vu plus haut, un grand nombre de pensées négatives viennent de nous-même, mais fort heureusement nous ne sommes pas responsables de tout. Il est également important d’identifier les sources négatives extérieures et de sortir le bouclier pour ne pas qu’elles nous atteignent.

Par exemple :
“Votre grande tante Berthe qui se plaint à longueur de journée de la pluie (parce que ça mouille et qu’elle ne peut pas sortir), du soleil (parce qu’il fait trop chaud et qu’elle ne peut pas sortir) mais aussi du monde dans les rues (parce qu’elle n’aime pas les gens et qu’elle ne peut pas sortir)…”

“Les infos en continu sur votre téléphone qui vous envoient une alerte pour vous dire qu’il y a eu 4 attentats en Turquie, un homme tué à arme blanche sur le marché de Séverac-le-Château, une fillette enlevée dans un jardin d’enfants à Croix-Rousse, un tremblement de terre à Séoul, que les impôts vont augmenter le mois prochain et que les routes vont passer à 80 km/h…”

Essayez de limiter au maximum ces interactions. Je ne vous dis pas de ne plus voir votre tante Berthe adorée, je sais que vous aimez quand elle vous raconte tous les potins du quartier (Et tu sais le voisin…. ! Non c’est pas vrai ? ….). Je ne vous dis pas non plus de ne plus regarder les informations. Il faut juste que vous soyez conscient que l’accumulation de toutes ces petites choses peut avoir une influence sur vous, sur votre humeur et votre moral. Apprenez donc à les limiter. Quand vous voyez votre tante Berthe et que vous regarder les infos, ne vous endormez pas devant “Enquête Criminelle” !

Et surtout entourez vous d’un maximum de gens positifs, la joie de vivre est contagieuse.  

La méditation

Je reviendrai plus en détails sur la méditation dans un prochain article, mais pour ma part cela m’a beaucoup aidée. Quand j’ai commencé, j’ai mis en place un petit rituel chaque soir où je prenais quelques minutes pour faire les 3 derniers exercices de cet article et ensuite un peu de méditation. Pour commencer la méditation, ma psychologue m’avait conseillée de choisir une musique que j’aimais et qui pourrait m’aider à me détendre. J’ai choisi “New Moon” de Alexandre Desplat.

La séance commence… Je lance la musique, je mets mon casque pour être vraiment dans ma bulle, je règle le son (pas trop fort). Je prends 3 grandes inspirations. Pensez à toujours expirer plus longtemps que vous inspirez pour relâcher vos muscles au maximum. Et ensuite je fais un scan corporel de mon corps en commençant de mes pieds jusqu’à ma tête. J’ai remarqué qu’à chaque fois que mon attention était focalisée sur une partie de mon corps, cette partie se relâchait naturellement. Je procédais ainsi jusqu’au visage en essayant de détendre chaque micro parcelle de mon corps. A la fin de la chanson, je posais le casque et le téléphone pour m’endormir tranquillement. 

J’ai beaucoup aimé cette méthode parce que le mécanisme du son a été pour moi très efficace. Dès le troisième jour, quand je lançais la musique, je me détendais instinctivement. Mon cerveau a tout de suite associé ce son à un moment de relaxation. (Bon je ne vous dis pas qu’au bout de 3 semaines je ne supportais plus cette musique !). Le fait de ressentir chaque partie du corps m’a permis d’avoir l’esprit concentré dessus et de limiter (je dis bien limiter !) l’invasion des pensées incessantes. 

 

Pour chacun des prochains exercices, il est préférable du moins pour le début de tout noter dans un petit carnet. Vous ne le relirez peut-être pas, mais le fait de voir les choses écrites permet de mieux les intégrer.

Les choses positives de la journée

A la fin de votre journée, prenez le temps d’écrire au moins 3 choses positives qui vous sont arrivées dans la journée. Ça peut-être tout et n’importe quoi comme “J’ai aimé avoir le temps de prendre mon petit-déjeuner sur la terrasse ce matin” ou “Mon patron m’a donné une super augmentation” (ahaha vous ne noterez pas ça tous les jours !). Les premiers jours vous aurez peut-être du mal à trouver 3 choses mais vous verrez qu’au fur et à mesure vous en noterez de plus en plus. Parce que votre esprit sera plus attentif “au super coucher de soleil à l’apéro” ou “au joli papillon qui s’est posé quelques minutes sur votre poignet”.

La gratitude

Cet exercice se base sur un principe similaire à l’exercice précédent. On se pose la question “de quoi sommes-nous reconnaissants ou pourquoi ou pour qui pourrions-nous ressentir de la gratitude aujourd’hui ?” et on note la ou les réponse(s) sur son carnet.

Par exemple :

“Je suis très reconnaissante envers cet(te) ami(e) qui a pris le temps de m’écouter et de me conseiller sur ma situation.”  

“Je suis très reconnaissante envers cet(te) auteur qui a écrit ce livre que j’ai beaucoup apprécié.”  

La liste de mes envies

Régulièrement, prenez 5 minutes pour lister toutes ces choses que vous aimeriez faire à plus ou moins long terme. L’idée est de reconnecter avec ses envies, et de les écrire pour leur donner de la valeur.

Par exemple :

“J’ai envie de commencer un blog de développement personnel, de jardiner et de me remettre au vélo.”  

Le fait de les écrire vous fait prendre conscience de vos envies et vous verrez que vous n’aurez aucun mal à en réaliser certaines voire toutes.

Je vous conseille d’être assez régulier dans la pratique de ces exercices, (rassurez vous je ne vous demande pas de les pratiquer chaque soir de la semaine à 23H18 précisément !). On dit qu’il faut 21 jours pour qu’une action devienne une habitude. Pour ma part j’ai été très régulière les deux premiers mois et aujourd’hui je me rends compte très souvent qu’en fin de journée, je fais la liste de tout ce qui a été agréable.

Soumettre un commentaire