fbpx
TOP
Le complexe de l'imposteur

Légitimité : et si tu croyais en toi comme tu as cru au prince charmant

Toi aussi, ça t’est déjà arrivé de te dire qu’on allait se rendre compte que tu n’étais pas aussi compétent que les gens le croient ? D’avoir peur que quelqu’un vienne frapper à ta porte pour te dire que tu es un imposteur ? Ou de penser que si tu as eu tel diplôme, c’est uniquement par chance ? Si tu réponds oui à une de ces questions, tu as peut-être le complexe de l’imposteur.

Qu’est-ce que le complexe de l’imposteur ?

Le complexe de l’imposteur, c’est quand on se sent illégitime. Il se présente sous 2 formes :

  • malgré tes compétences, tu as l’impression que les gens vont découvrir que tu ne l’es pas. Tu penses ne pas mériter ton titre, ton diplôme, ton expérience, ton argent… Tu as peur qu’on découvre la supercherie et qu’un jour quelqu’un frappe à ta porte pour te dire que tu es un véritable imposteur.
  • tu as souvent peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas y arriver, de ne pas être assez bon, assez compétent.
    Tu as peur de rater ton examen, tu penses ne pas être à la hauteur pour te lancer dans ce projet…

D’après Pauline Rose Clance (psychologue clinicienne) 70 % de la population mondiale est touchée à un moment donné de sa vie par ce complexe de l’imposteur.
Tout le monde peut le ressentir, le sexe, l’âge, la nationalité, la couleur de peau, la culture, le pays n’influent en rien.

L’imposture est différente du sentiment d’imposture

L’imposteur va tout faire pour PARAÎTRE à la hauteur.
La personne ayant le complexe de l’imposteur va tout faire pour ÊTRE à la hauteur.

La différence entre un imposteur et une personne qui a le complexe de l’imposteur, c’est que les vrais imposteurs vont délibérément tromper les autres. L’exigence morale envers soi-même n’est pas la même.

La réalité du complexe de l’imposteur

Les personnes qui doutent de leur légitimité ont tendance à :

  • internaliser les échecs : si j’ai loupé, c’est que je suis trop bête, que je manque de connaissances, que je ne suis pas fait pour ça, pas à la hauteur…
  • externaliser les réussites : c’était facile, ils ont dû se tromper, ils sont sympas…

L'escalier de l'imposture

Une personne qui souffre du complexe de l’imposteur, va avoir tendance à procrastiner où à travailler avec acharnement. Dans les deux cas, elle essaie d’auto-saboter sa réussite, puisqu’elle ne s’en pense pas capable.

Le processus du syndrome de l'imposteur

Quand on a le complexe de l’imposteur, on ressent :

  • de l’anxiété,
  • on a peur de l’echec,
  • on culpabilise si on réussit,
  • on a peur de ne pas savoir reproduire un succès déjà réalisé,
  • on a peur qu’on nous demande plus derrière,
  • on dévalorise ses compétences.

Ce cycle de l’imposteur alimente la faible confiance et estime de soi. Il peut être lié à une peur profonde de ne pas être accepté, d’être rejeté par la société, et la personne se sent en insécurité.

Calcul ton indice de masse d’imposture

Ce test a été conçu par Pauline Rose Clance pour évaluer ton sentiment d’imposture. Il te permet d’identifier si tu souffres d’un sentiment d’imposture et si oui dans quelle mesure.

Alors ton sentiment d’imposture est-il en surpoids ?

Comprendre l’origine de son complexe de l’imposteur

Je ne vais pas te dire que c’est de la faute de tes parents, de ton voisin ou de tes professeurs. En revanche, depuis ta plus tendre enfance, tu as entendu des messages de ces personnes que tu as interprétés et intégrés dans ton propre fonctionnement. Ces messages influent aujourd’hui sur toi d’une certaine manière.

Taibi Kahler créateur de la process communication en 1970 identifie ces conditionnements qu’il baptise « driver ». Ce sont des messages contraignants, que nous avons intégrés à notre insu, généralement pendant notre enfance. Ils guident nos actes, décisions et comportements, malgré nous, ceci aussi bien sur le plan personnel que sur le plan professionnel.

Sois fort(e)

Tu as entendu : Les grands garçons ne pleurent pas. C’est pas facile la vie !

  • Tu ne montres pas tes sentiments.
  • Tu ne demandes pas d’aide et fais les choses seules.
  • Tu associes les émotions à la faiblesse.

Ta devise : ne jamais avoir besoin des autres.

Sois parfait(e)

Tu as entendu : 16 c’est bien, mais que manque-t’il pour avoir 20 ? Habille-toi correctement ! Applique-toi !

  • Tu essaies toujours de faire plus et mieux.
  • Tu confonds l’être et le faire.
  • Tu vois tout ce qui ne va pas.

Ta devise : l’impeccable, le sans-faute, le nickel.

Fais plaisir

Tu as entendu : Une cuillère pour maman… Tu serais un amour, si… Pense un peu aux autres…

  • Tu aimes faire plaisir.
  • Tu ne sais pas dire non.
  • Tu as peur de décevoir.
  • Tu penses devoir rendre les autres heureux.

Ta devise : S’occuper du mieux possible des personnes qui les entourent

Fais des efforts

Tu as entendu : Il faut souffrir pour être belle ! Qui ne tente rien, n’a rien. Quand on veut, on peut.

  • Tu aimes les défis.
  • Tu oublis les pauses
  • Tu sembles inépuisable

Ta devise : Montrer que tu fais de ton mieux. Faire plus d’efforts.

Dépêche-toi

Tu as entendu : Fais-vite tes lacets. Dépêche-toi, on va être en retard.  Je compte jusqu’à 3…

  • Tu es toujours débordée
  • Tu n’es jamais à l’heure
  • Tu procrastines quand tu as le temps

Ta devise : Prendre le moins de temps pour faire tout ce que tu as à faire

Est-ce que tu te reconnais dans un ou plusieurs de ces drivers ?

Que faire pour s’en débarrasser ?

Je crois profondément à l’intelligence humaine et je suis persuadée que notre cerveau ne fait rien d’inutile. Si tu as le syndrome de l’imposteur, c’est qu’il t’apporte quelque chose. Alors je te propose de t’interroger sur ce qu’il t’apporte et de quoi il te prive.

Personnellement, je pense que ce complexe me permet de rester humble et de savoir me remettre en question pour apporter de la qualité à mes clients. En revanche, il me prive de prendre du plaisir pendant mes conférences, et il me fait perdre confiance en moi.

Si tu souhaites le faire taire, voici quelques petites astuces :

  • Parles-en, rends-toi compte que d’autres personnes l’ont et surtout même si tu l’avoues, les gens croient encore en toi.
  • Centre-toi sur ce que ton action va apporter aux autres.
  • Liste tous les compliments que tu reçois, tes succès et les moments où tu as été utile.
  • Arrête de croire que les gens sont sympas (vraiment !).
  • Ne te compare pas aux autres, mais à ton toi d’avant.
  • Passe à l’action.

Soumettre un commentaire