fbpx
TOP

#1 Les chroniques d’une hypersensible

Suite à mon post sur les vagues émotionnelles qui a suscité beaucoup de réactions, j’ai eu l’idée de cette chronique, afin de te livrer les up & down d’une hypersensible.

Je reviens donc plus en détail sur ces “tsunami” que beaucoup d’hypersensibles traversent régulièrement.

Pour ma part, ils se présentent souvent de la même façon. Ils me surprennent en fin de semaine, en début de vacances ou lors d’un changement de rythme, après une période plutôt dense. Ayant besoin de repos, je n’arrive pas à surfer sur la vague émotionnelle, je la prends de plein fouet. Et l’eau est (très) froide…

Dans le creux de la vague, rationaliser m’est difficile. Emotionnaliser m’est bien plus naturel. Je vois tout ce qui ne va pas. Je cherche des solutions auxquelles je trouve de nouveaux problèmes. Je sens que j’ai besoin de dormir, mais mon mental, lui veut remonter à la surface et faire face à la situation. Il y a donc un conflit entre la tête et le corps, et c’est le cœur qui fait le ping-pong entre les deux.

Concrètement, ça donne des larmes pour un oui, pour un non, pour tout et pour rien, de nombreuses pensées sur le fait de se sentir différent(e), TROP compliqué(e), de ne pas réussir à être stable, de faire subir cela aux autres…

Dans ces moments là, trouver une activité simple et stimulante pour le cerveau comme la lecture, les puzzles, les jeux est très ressourçant pour moi. Mes proches me répètent que la vie est faite de choses simples, qu’il me suffit d’en profiter et de lâcher-prise (d’ailleurs, si l’un(e) d’entre-vous a trouvé le bouton “lâcher-prise”, dites le moi). Je sais qu’ils ont raison, et j’ai besoin de l’entendre. Ils m’aident à dédramatiser même si dans l’instant je suis une vraie Drama Queen” (aussi complexe que Dawson, le héros de ma série préférée en cas de déprime).

Personnellement, c’est quand je suis seule que j’arrive à stopper mes larmes, à trouver mes propres ressources et donc à enfiler ma bouée pour refaire surface.

Et je crois que c’est ça la clé, apprendre à  se sécuriser soi, à accepter ces vagues à l’âme et ces tempêtes émotionnelles. On sait bien que cette vague, finira par nous ramener au bord de l’eau. Dans une eau plus calme et plus chaude dans laquelle on pourra se baigner paisiblement…

Et toi, que fais-tu pour traverser ces vagues ? 

Commentaires (2)

  • anna

    Ces derniers mois j’ai eu tellement de vagues covid, travail que je n’arrivais plus à gérer, c’était comme le périphérique de Los Angeles, un flu sans cesse d’émotions, de pensées,.. que j’ai fini par aller chez mon médecin, je sais c’est peut-être lâche mais c’est épuisant ce flot qui ne stoppe pas et comme une éponge à force d’absorber, je n’arrivais plus à l’essorer.

    répondre

Soumettre un commentaire