fbpx
TOP

Connaissance de soi

Je n'ai pas de passion, j’aime faire plein de choses et je m’ennuie vite. C'est ça être multipotentiel. Quand je comprends le principe ou que j’ai fait plusieurs fois la même chose, j’ai envie de passer à autre chose. J’aime apprendre et je veux toujours apprendre. Mais du coup comment je peux me fixer sur un boulot ? Suis-je instable ? Si, toi aussi, tu te retrouves dans ces propos, je vais te partager une partie de mon parcours pro et peut-être un peu perso.

Le Cocktail du bonheur c'est une recette pour être plus positif. Parce qu'en fait on peut apprendre à notre cerveau à être plus optimiste. Par contre le cerveau c'est comme un muscle il faut le travailler régulièrement. Je vais vous proposer différents types d'exercices que j'ai pratiqués. L'idée n'est pas forcément que vous les fassiez tous mais plutôt que vous piochiez ceux qui vous parlent le plus pour que vous puissiez composer vous-même votre cocktail du bonheur.

Je n'ai pas de passion, j’aime faire plein de choses et je m’ennuie vite. C'est ça être multipotentiel. Quand je comprends le principe ou que j’ai fait plusieurs fois la même chose, j’ai envie de passer à autre chose. J’aime apprendre et je veux toujours apprendre. Mais du coup comment je peux me fixer sur un boulot ? Suis-je instable ? Si, toi aussi, tu te retrouves dans ces propos, je vais te partager une partie de mon parcours pro et peut-être un peu perso.

Je me suis toujours demandé pourquoi à l’école, on apprend les maths, la géo et l’histoire du Moyen-âge avant même de comprendre comment on fonctionne. J’ai dû attendre mes 26 ans pour commencer à apprivoiser mon cerveau, mes émotions et tout le tralala. J’étais tellement révoltée de le découvrir si tard que je me suis donné pour mission de transmettre ce que j’avais appris au plus grand nombre, afin que chacun puisse trouver son propre mode d’emploi.

En début de mois, j'ai eu la chance d'animer un débat entre plusieurs couples sur le thème : "comment les personnes qui partagent nos vies, vivent notre entrepreneuriat ?" Il est souvent revenu le fait que les entrepreneur.e.s passent "trop" de temps à travailler. Que pour certains, c'était comme une addiction. On parle dans ce cas de "workaholic". J'avais effectivement déjà entendu parler d'addiction au travail, au sport, et à d'autres activités.  J'ai cherché à comprendre d'où pouvait venir ce côté addictif que je ressens moi-même très fréquemment avec mon travail que je vis comme une passion. En faisant mes recherches,

Je suis Sophie. Une tornade, une maman, une femme, une épouse, une amie, une copine, une grande soeur, une connaissance, une ancienne collègue et, plus récemment, une entrepreneuse. Lors de ma première séance de coaching, Sophie – coucou Sophie et ta baguette magique ! - m’a demandé si j’étais hypersensible. Sincèrement, dans mon éducation et mes jobs, il valait mieux ne pas se poser la question ! Je lui ai donc brillamment répondu « non je ne crois pas, enfin pas plus que ça. »

C'est l'histoire d'une maman hypersensible qui explique à son fils hypersensible également ce qu'est l'hypersensibilité. Elle lui parle de Superman, le super-héros. Superman est fort, il vole. Il voit la nuit et à travers les objets et il entend tout. Comme l'hypersensible, certains de ses sens sont hyper développés. Alors certes l'hypersensible ne sait pas voler et n'est ni plus fort, ni moins fort qu'une personne non-hypersensible, mais comme Superman, il a plein de supers-pouvoirs.