TOP
hyperemotivité / hypersensibilité

Je suis hyper-émotive et c’est comme ça !

Hyper-émotive ça veut dire que je pleure BEAUCOUP, que je ris BEAUCOUP, que je réfléchis BEAUCOUP. Bref en un mot que je galère vraiment avec mes émotions. 

Je pleure

  • Je pleure quand je regarde Pretty Woman.
  • Je pleure à la gare quand je vois les gens se dire au-revoir.
  • Je pleure à tous les mariages. (Tous, sans exception ! Même quand je ne connais pas les mariés.)
  • Je pleure quand je suis en colère.
  • Je pleure quand je suis fatiguée.
  • Je pleure quand je ris… (si maman si…)
  • Et…. Je pleure aussi quand je suis triste.
  • Comme tu le vois, je suis quelqu’un qui aime la variété émotionnelle.

Je ris

Mais je suis aussi hyper heureuse pour des choses toute simples comme :

  • voir un magnifique coucher de soleil avec les gens que j’aime,
  • sauter dans une flaque d’eau avec mes bottes de pluie,
  • lancer mes noyaux d’olive dans le jardin avec l’espoir d’y faire pousser un olivier,
  • tremper mes pieds dans l’eau dès-que je vois un petit ruisseau “pour voir si l’eau est froide”,
  • manger un pain au chocolat sur la route des vacances,
  • allumer une bougie et que ça sente bon dans tout l’appartement,
  • manger les saucisses oranges dans la choucroute.

 

“Exprimer ses émotions, c’est comme d’enlever les nuages noirs devant le soleil pour laisser pousser les fleurs.”
Tanya Sénécal 

 

Je réfléchis (beaucoup trop)

Quand on me fait une petite réflexion (la plupart du temps complètement anodine pour la personne en face), je rumine ça plusieurs jours, je me remets en question, je me dis “Mais qu’est ce qu’elle a voulu dire… Est-ce que c’est parce que j’ai dit ça… Ou alors, parce que j’ai fait ça avec mes cheveux… Qu’elle a cru que… peut-être… Ou bien c’est plutôt parce que j’ai dit que…

Quand quelque chose n’est pas complètement “organisé” dans ma tête, ça me travaille, j’y pense, j’y repense et j’y re-repense…

Parfois j’ai juste envie qu’on me tape sur la tête pour que mon cerveau s’arrête. Quoi qu’un bouton Off serait peut-être bien plus simple.
Certains jours, ce sont les montagnes russes émotionnelles. Mes émotions prennent beaucoup de place. À tel point qu’il m’est arrivé de m’effondrer devant des personnes que je ne connaissais peu ou pas.

Je suis aussi une réelle éponge aux humeurs des autres. Quand quelqu’un est en colère, je me dis toujours que c’est de ma faute, ou que j’aurais dû faire ci, ou ça. (ba oui bien sûr, ça ne peut être que ça)

Comment faire quand tu es hyper-émotive ?

La première chose qui à mon sens est aussi la plus difficile est justement de faire avec ses émotions. Accepter qu’on soit hyper-émotive et l’exprimer à son entourage, car oui, parfois, c’est flippant de voir quelqu’un fondre en larmes. Pour moi, c’est encore plus désarmant de voir quelqu’un se mettre en colère, car ce n’est pas mon mode de fonctionnement.

Parfois, quand je sens que c’est trop d’émotions et que je ne peux pas craquer à ce moment-là de la situation, je fais en sorte de couper court à la conversation et je m’isole quelques instants. Juste pour faire le point sur ce qui me touche vraiment et pour prendre du recul.

Quand je dois exprimer mon émotion, j’ai besoin de passer par une phase “écrite”. Je me sers de la communication non-violente avec la méthode : OSBD
Observation, Sentiment, Besoin Demande. Je note donc les faits tels qu’ils sont, le sentiment que j’éprouve, le besoin que j’ai et j’exprime ma demande s’il y en a une. Ca parait fastidieux d’écrire tout ça, ça l’est un peu d’ailleurs, mais pour le moment ça m’aide à prendre de la distance avec mes émotions pour mieux les exprimer.

Des fois aussi, je me fais une séance de méditation “retour au calme” ou de cohérence cardiaque. Juste pour revenir à l’instant présent et retrouver une respiration normale.

Un pas après l’autre

Je n’ai pas vraiment de recettes miracle, je teste encore des méthodes. En fonction du contexte, toutes ne sont pas possibles à faire. Alors j’expérimente, et je garde ce qui marche pour moi.

Aujourd’hui, je me rends compte que dans mon travail, je me sens maintenant beaucoup plus à ma place en tant que graphiste indépendante. C’est moi qui m’organise et qui gère mon entreprise de A à Z et depuis que j’ai sauté le pas, il m’arrive d’être parfois stressée, mais il ne m’arrive plus de pleurer pour des projets. Le fait de connaître les tenants et aboutissants de mon travail m’enlève finalement une bonne dose d’anxiété et d’émotions.
Dans ce domaine, petit à petit les montagnes russes sont devenues des petites vagues, plus régulières. Maintenant j’assume d’être hyper-émotive. Ca fait partie de moi, alors j’ai décidé d’en faire une force.

 

Et toi, quelles sont tes méthodes pour gérer tes émotions ? N’hésite pas à nous les partager, ça permettra à tous de tester de nouvelles techniques.

Soumettre un commentaire