fbpx
TOP
10 astuces pour faire taire le hamster dans ta tête

10 méthodes pour stopper les ruminations incessantes

En temps normal, nous sommes nombreux à avoir beaucoup de ruminations en tête. Alors en temps de confinement, c’est pire… Notre cerveau d’humain a besoin de comprendre le pourquoi du comment, de mettre des mots sur nos maux, d’anticiper, de prévoir, bref, il rumine. La rumination, c’est vouloir contrôler des choses qu’on ne peut pas contrôler. Alors quand tu rumines, demande-toi sur quoi tu as la main. Mets ton énergie uniquement là où tu peux la mettre, sinon tu t’épuises.

Pour commencer, je te propose de trouver un petit nom au gentil hamster qui court dans ta tête Bernard, le Pensouillard*, ou Choupette, la flipette. Moi, je garde Choupette, plus mignon et affectif ! Mine de rien, elle fait partie de moi cette Choupette.

Quand Choupette tourne et tourne et retourne dans sa roue, c’est quasi impossible de méditer et de laisser filer nos pensées, alors je vais t’énumérer différentes possibilités te permettant de concentrer ton cerveau sur autre chose que tes ruminations.

1/ Repère quand tes pensées s’égarentCanalise tes pensées

La première chose que tu peux faire, c’est de repérer quand Choupette, la flipette tourne dans sa roue. Parce qu’une fois que tu l’as repérée, elle est gênée et s’arrête. Au moins quelques instants. À cet instant-là, tu peux reprendre le contrôle, et te concentrer sur ta respiration, ou sur autre chose.

Si tu n’arrives pas à la prendre en flagrant délit avant même qu’elle commence à tourner, tu peux remarquer quand elle tourne déjà depuis un bon moment. À ce moment-là, tu peux remonter le fil de toutes les pensées qui t’ont fait arriver à la dernière. C’est comme si tu demandais à Choupette de tourner en arrière. Pas évident, tu verras. 

2/ Cogitoz time

Je reprends l’image de Jonathan Lehmann – créateur des Antisèches du Bonheur qui propose de sortir nos poubelles mentales. Personnellement, cette image me parle beaucoup. On accumule tout un tas de pensées – environ 60 000 par jour pour être précise. Tu m’étonnes qu’il faille en faire sortir quelques-unes de là-haut ! J’ai testé plusieurs rythmes différents. Chacun marche, mais selon les périodes, je n’ai pas les mêmes envies.

Écrire chaque jour 5 minutes, matin et soirThe 5 minute journal

Le matin, prends 5 minutes pour écrire tes gratitudes, une ou plusieurs affirmation(s) et te projeter sur la journée. Le soir, tu écris ce qui était bien dans ta journée, ce qui l’était moins et comment tu pourrais améliorer ça.

Les + : avec cette méthode, chaque jour, tu te reconnectes à toi-même, matin et soir. Tu fais une sorte d’état des lieux et de bilan de la journée. C’est plutôt agréable et structuré. Et si tu as un truc qui te trotte dans la tête, écris-le, ça te permet de moins y penser ensuite.

Les – : cette méthode est assez rapide et quand tu as beaucoup de ruminations, elle ne permet pas de tout vider.

L’écriture expressive – ou poser ses ruminations sur papier

Une technique développée par le docteur James Pennebaker pour lutter contre l’anxiété, les douleurs chroniques, la tristesse Bref, lutter contre tout ce qui nous tracasse au quotidien. La méthode de James Pennebaker, c’est d’écrire au moins 20 minutes par jour pendant 4 jours. On dirait une sorte d’ordonnance ! À la fin des 4 jours, nous pouvons observer s’il y a des changements dans notre quotidien.

Les + : cette méthode permet vraiment de libérer beaucoup de pensées de la tête. Les poser par écrit d’abord, puis les relire ensuite permet de s’en détacher, de prendre du recul et de se rendre compte que tout n’est pas si important que Choupette nous le fait croire.

Les – : cela demande un peu de temps, et il faut le faire régulièrement, car si on le fait sur 4 jours, puis plus jamais, c’est pas très utile.

Trouve ton rythme

Je crois que la clé, c’est de t’écouter, et de te foutre la paix. Écris simplement quand tu en as envie et/ou besoin. Et écris le temps que tu veux. Personnellement, j’aime bien l’idée de donner son temps d’expression à Choupette, et une fois que son temps est fini, je relis et je passe à autre chose. Choupette s’est exprimée, libérée, elle est maintenant fatiguée et ne tourne plus dans sa roue pendant quelque temps. 

3/ Le yoga ou un autre sport

J’ai commencé le yoga il y a peu, mais pour ma part, c’est la seule pratique qui me permet d’être concentrée sur les sensations de mon corps. “Quand je fais tel mouvement, qu’est ce que ça fait sur mon corps… “ Pour avoir le temps de ressentir ces sensations, je pratique du yoga tout doux (Hatha ou Yin), vraiment dans le but de me détendre, de m’apaiser et de ressentir mon corps. Je sais que tu peux trouver ces sensations avec d’autres sports. À toi de tester ce qui te convient le plus. 

4/ Pratique la pensée neutre

Si ton cerveau n’arrête vraiment pas de cogiter, propose lui de penser à quelque chose de plus neutre, des pensées qui ne génèrent pas d’émotions. Par exemple, trouver le nom pour la nouvelle boite d’un ami, réfléchir à ce que tu peux faire à manger ce soir, ou aider ta fille sur son devoir de mathématiques… La pensée neutre stoppe Choupette instantanément. Pas d’émotion, pas de stress, ça ne l’intéresse pas ! 

5/ Mandala

Les mandalas, c’est vraiment sympa pour déconnecter le cerveau et passer un moment agréable, à te concentrer uniquement sur le fait de colorier (sans dépasser bien sûr). Ton attention est focus là-dessus, et tu as simplement à choisir les couleurs en fonction de ton humeur du moment : apaisante, peps, lumineuse

6/ DIY

J’adore faire les choses par moi-même. Déjà, parce que je trouve ça assez magique de partir de matières brutes et ensuite d’avoir quelque chose de complètement différent. Et aussi parce que c’est trop cool pour l’estime de soi de faire maison. On comprend comment les choses se font, on galère, on teste, on re galère et ça marche, victoire ! En plus pendant que tu fais ton truc, ton cerveau est dans l’action et pas dans ses ruminations. Choupette n’a donc pas assez de place pour tourner.

Le DIY ça marche pour tout, que tu sois bricoleur, cuisto ou pas du tout manuel, tout le monde s’y retrouve. Tu peux faire des confitures, des cosmétiques, du tricot, de la poterie, de l’origami, des maquettes, des meubles, une maison… Laisse libre cours à ton imagination.

7/ Fais des projets

Dans son livre “Je pense trop” Christel Petitcollin explique qu’on peut tout à fait être heureux avec un cerveau très actif. Il suffit juste de bien l’alimenter. En fait, c’est toi qui choisis si tu donnes à Choupette des bonnes croquettes ou pas.

Les bonnes croquettes, c’est quand tu donnes à ton cerveau des projets qui le stimulent, qui le motivent et le poussent vers le haut. Si tu lui donnes des mauvaises croquettes, voir même pas de croquettes du tout, Choupette repartira dans ses ruminations. Juste pour te montrer qu’elle est là ! Ce serait quoi pour toi un projet excitant ?

8/ Apprends

Notre cerveau est fait pour apprendre, alors pourquoi ne pas en profiter et apprendre de nouvelles choses régulièrement ? C’est génial d’avoir la sensation de découvrir et de comprendre un nouvel instrument, une nouvelle langue, un nouveau sport. Ça stimule aussi ton cerveau, et c’est également très bon pour ton estime de toi. Alors pourquoi se priver ? Qu’aimerais-tu apprendre ? 

Personnellement, ma liste de ce que j’aimerais apprendre est assez longue, mais j’aimerais donner la prio à la couture, et au langage des signes. D’ailleurs, si ça intéresse quelqu’un, n’hésite pas à me faire signe (je n’ai pas pu m’empêcher de faire le jeu de mot !).

9/ Lis

Un bon roman, un polar à suspense, une biographie captivante, rien de tel pour arrêter les ruminations. Trouve-toi un bon bouquin que tu n’as pas envie de lâcher, et dis bye bye à Choupette instantanément !

10/ Regarde un film

Le cinéma me permet aussi de stopper mes pensées. Le fait d’être immergée dans le film, avec les sons, aucune lumière et l’histoire qui me tient en haleine, tout est réuni pour que je sois à fond dans le film et que je ne pense à rien d’autre. Quand le film me plaît bien sur, s’il ne me plaît pas, c’est cadeau pour Choupette1h30 pour cogiter ! 

Voici une liste non-exhaustive de ce qu’on peut faire pour stopper nos ruminations incessantes. Si tu as d’autres idées, n’hésite pas à nous les partager en commentaires. 

Pour aller plus loin :

Livre : *”On est foutu, on pense trop” Serge Marquis

Livre :”Je pense trop” Christel Petitcollin

Commentaires (2)

  • Travel2leisure

    Pourtant 30% a 40 % d’entre nous, serons, a un moment ou a un autre, insomniaque. C’est-a-dire que pendant plusieurs semaines, plusieurs mois, pour certains plusieurs annees, nous rencontrerons des difficultes d’endormissement, des reveils nocturnes, avec l’impossibilite d’arreter de penser, de ruminer les problemes. Alors que faire quand les ruminations empechent de dormir ou de se rendormir?

    répondre

Soumettre un commentaire

Centre de préférences de confidentialité

Nécessaires

Enregistrement de la session utilisateur

session

Analytics

_ga, _gid, _gat