fbpx
TOP
Trouve ton ikigaï

Tu veux faire quoi quand tu seras grand.e ?

Donner du sens à sa vie est essentiel. Une vie vide de sens, c’est comme une intersection sans panneau : tu peux avec un peu de chance trouver la bonne voie, mais tu peux aussi complètement te perdre au milieu de tous ces chemins. L’ikigaï va te permettre de trouver ta voie.

L’Ikigai est un concept de vie qui vient du Japon, de l’île d’Okinawa (connue pour être “l’île aux centenaires”). Il signifie « raison d’être », « joie de vivre ». Trouver son ikigaï, c’est trouver un sens à sa vie, celui qui te donnera l’envie de te lever le matin (quand tu n’as pas de “Danettes” dans le frigo ! )

Quand tu étais petit(e), on te posait peut-être souvent la question “qu’est-ce que tu veux faire que quand tu seras grand.e ?”. Que tu sois grand.e, ado, ou enfant, la réponse à cette question n’est pas forcément évidente pour toi et peut même générer beaucoup de pression.

L’ikigaï est une méthode qui permet de répondre à cette question. La bonne nouvelle, c’est que tout le monde a un ikigaï et qu’il est possible de le trouver (et c’est un peu plus facile que de trouver son point G ). Cela demande juste un peu de temps, de patience, de maturité et beaucoup d’introspection.

“Le sens de la vie est de trouver votre don. Le but de la vie est de le partager.”
William Shakespeare

Ikigaï

Comment ça marche

Pour le réaliser, commencer par remplir les 4 grands cercles :

Ensuite, on combine les bulles entres-elles, 2 par 2 pour identifier différentes notions :

  • Les passions : intérêt très fort pour quelque chose
  • Les professions : votre métier, votre emploi.
  • Les missions : votre rôle, au but que vous vous donnez.
  • La/les vocation.s : une attirance vers un genre de vie ou d’activité.

L’Ikigaï ne peut pas être qu’une seule de ces notions, c’est une combinaison de toutes. Si vous n’êtes que dans l’un ou dans l’autre, il vous manquera quelque chose. Par exemple, si vous êtes que dans la passion, vous risquez de vous sentir inutile, car vous aurez la sensation de ne contribuer à rien. Si vous êtes que dans la profession, vous aurez un revenu confortable, mais peut-être votre métier manquera de sens. Si vous êtes que dans la mission, vous aurez peut-être du mal à en faire une activité professionnelle. Enfin, si vous n’êtes que dans la vocation, vous risquez d’avoir des difficultés financières.

Tous ces paramètres sont à prendre en compte pour réaliser son Ikigaï.

Le bonheur ikigaï

Qu’est-ce que tu aimes ?

As-tu une ou des passion(s) ? Quelles sont les choses que tu aimes faire dans la vie ? Qu’est-ce qui te motive, quelque soit ton humeur ou ton moral ? Par quoi es-tu intéressé(e). Vers quoi te tournes-tu tout naturellement pour tes activités, tes lectures…

Pour t’aider, tu peux penser à des projets que tu as déjà menés et pour lesquels tu t’es senti.e vraiment investi.e, épanoui.e, motivé.e, déterminé.e. Bref, des projets qui auraient pu te faire déplacer des montagnes et pour lesquels tu te sentais en accord avec toi-même et tes valeurs.

De quoi le monde a-t-il besoin ? 

De tellement de choses me diras-tu… Liste ce que tu aimerais améliorer dans le monde. Quelles sont les causes auxquelles tu crois ? Quelles sont celles que tu aimerais défendre ? Qu’est-ce qui te touche, TOI personnellement ? Qu’est-ce qui te rend triste ? Quel(s) problème(s) aimerais-tu résoudre…

Pour quoi peux-tu être payé(e) ? 

Quel(s) produit(s)/service(s) peux-tu proposer aux autres ou à la société, en échange d’une rétribution.

Pour quoi es-tu doué(e) ?

Le don ou le talent sont des “grands” mots qui peuvent effrayer les plus modestes d’entre-nous. Mais n’oublie pas qu’on a tous des prédispositions dans certains domaines. Tu peux reformuler la question par « dans quelle(s) activité(s) te sens-tu à l’aise ? Quelle(s) activité(s) réussis-tu naturellement, sans fournir d’efforts ? Qu’est-ce qui est naturel pour toi et qui ne l’est pas pour d’autres”…

Trouve le compromis idéal : ton ikigaï

Enfin, mets en relation ces 4 éléments pour parvenir à trouver ta propre combinaison, celle qui te correspond et qui t’apportera la motivation, la détermination et la sérénité d’être en accord avec toi-même. Avant d’envisager un changement de mode de vie ou de carrière, laisse toi le temps d’y réfléchir, de te renseigner et n’hésite pas à en parler avec ton entourage. Une fois prêt(e) et sûr(e) de toi, c’est le passage à l’action qui t’apportera une immense satisfaction et beaucoup de joie de vivre. 

Si tu ne parviens pas à trouver ton Ikigai, ce n’est pas grave, ce travail t’aura permis de faire le point sur toi-même, de te poser les bonnes questions et de mieux te connaître. Continue ton travail d’introspection et renouvelle l’exercice dans quelque temps.

Au cours de ta vie, ton ikigaï peut changer. À toi de te poser les bonnes questions, au fur et à mesure de ton évolution, en veillant toujours à respecter tes valeurs et tes besoins.

Découvre les accompagnements pour trouver ton ikigaï

Retour d’expérience

Au lycée, quand j’ai dû faire un choix d’orientation professionnelle, j’avais deux chemins complètement différents en tête. Celui de la communication visuelle et celui de la psychologie. Pour diverses raisons, je me suis orientée pour le choix N°1 (On me disait que psycho c’était bouché et que j’étais trop fragile, que j’allais pleurer avec mes clients si j’étais psy !).

Choix que je ne regrette pas du tout au jour d’aujourd’hui car je me suis épanouie dans mon job de graphiste. Je travaillais à mon compte comme je l’ai toujours voulu. J’avais des projets qui m’intéressaient et que j’avais envie de faire, des clients sympas (c’est vrai je ne fayote pas ! ), et mon mode de vie me convenaient.
Mes besoins en terme de créativité, de gestion et d’organisation étaient comblés.

Toutefois, il me manquait toute cette dimension humaine et sociale qui faisait et fait toujours partie de moi. La méthode de l’ikigaï m’a aidé à envisager ma reconversion tout en conservant ce qui me plaisait. Voici un extrait de mon ikigaï.

Passion : j’aime écouter, analyser et comprendre les comportements et les personnes.

Vocation : je suis plutôt à l’aise pour écouter et faire parler les gens.

Mission : je pense que le monde a besoin de gens heureux.

Profession : J’aimerais donc aider les gens qui le souhaitent à être plus épanouis et bien dans leur peau.

Ce blog était ma première réponse à mon Ikigaï. Je me suis ensuite formée pour devenir coach, formatrice et auteure.

Et toi, c’est quoi ton Ikigaï ? N’hésite pas à le partager en commentaire. 

Commentaires (6)

  • Sylvie Tissot Bourgeois

    Quel beau cheminement !
    Tu as trouvé ta voie et tu es maintenant parfaitement dans ton Ikigaï …
    Et grâce à la PNL tu vas aller 2 fois plus vite !
    Bravo vraiment pour cet article

    répondre
  • Katia

    super intéressant Sophie ! un exercice qu’on devrait tous faire au lycée… ou après ! Mais c’est sûr que ça aurait pu éviter pas mal de déconvenues et d’études frustrantes, de sensation d’échec, bref.
    C’est un exercice essentiel.

    répondre
  • Chloé

    Merci pour cet article, très intéressant, bien illustré dans ses exemples et images et qui me donne envie de faire mon ikigaï pour savoir ce que je pourrais faire a l’avenir qui pourrait donner plus de sens à ma vie professionnelle.
    Bravo pour ta belle avancée, en quelques mois je vois tout le chemin parcouru et tu peux être très fière de toi !

    répondre

Soumettre un commentaire