TOP

2 outils pour mieux communiquer avec la PNL

Chose promise, chose due, voici enfin un petit article sur la PNL. Comme je te l’ai dit dans un de mes précédents articles, j’ai commencé une formation de PNL avec Paul Pyronnet et je tiens à te raconter plus en détails cette belle expérience qui me laisse un peu moins de temps pour écrire mes articles.

La PNL ! Mais c’est quoi ?

La PNL, c’est l’abréviation de “Programmation Neuro Linguistique”(Humm… Je sais ça ne t’aide pas vraiment plus ;-).

Pour faire simple, la PNL a été créée par John Grinder et Richard Bandler. Ils se sont demandés comment certaines personnes faisaient pour réussir et atteindre si facilement leurs objectifs. En observant et en analysant ces personnes, ils se sont rendu compte qu’elles avaient des schémas et des comportements communs. La PNL est donc un ensemble de techniques de changement et de communication permettant à chacun de se réaliser dans les domaines de vie qu’il souhaite. (ça fait envie hein ?)

Je vais te parler de 2 techniques que j’applique depuis dans mon quotidien pour améliorer ma communication avec les autres. 

L’écoute active

Pendant la formation, nous faisions très souvent des exercices à 2 ou chacun part d’une situation qu’il a vécu. Pendant ces interactions, j’étais à 100% à l’écoute de mon « coéquipier », je ne faisais et ne pensais à rien d’autre. Je me suis rendu compte que dans la vie de tous les jours on échange avec des tas de gens… Mais en fait on ne les écoute pas vraiment…

C’est vrai, non ? Ca t’est déjà arrivé d’écouter ta copine te parler… De son mec (parce que c’est sérieux quand on parle de nos mecs ! ) et de te dire à un moment (alors que ça n’a rien mais rien à voir avec la conversation) “tiens faut que je pense à appeler ma mère” ? 

Et à partir de là, on n’écoute plus du tout la copine. Oui parce qu’il faut aussi qu’on pense à sortir notre linge de la machine, et qu’on n’oublie surtout pas de dire à ChériBibi de prendre du pain en rentrant (Indispensable ! )


Partant de ce constat, je me suis donné le défi de pratiquer l’écoute active dans mon quotidien. Ca commence par laisser le portable sur silencieux au fond du sac. (Même si Chéribibi ne m’a pas dit s’il prenait ou non le pain en rentrant, la copine est quand même plus importante que l’excès de gluten avant d’aller dormir !)

Ensuite, lorsque je suis à 100% présente et à l’écoute, j’essaie de ne pas interrompre mon ami(e). Je l’écoute sans juger ni donner mon avis (sauf si elle me le demande). J’acquiesce, je demande précision si besoin et je reformule pour confirmer avec elle que j’ai bien compris ce qu’elle me dit.

Et rien que ça, ça change beaucoup de choses ! Ton amie se sent comprise, écoutée et considérée. L’échange est alors bien plus sincère et constructif. (Merci la PNL !)

 

La considération

Ajoute à cette écoute une bonne dose de considération supplémentaire envers ton interlocuteur et tu éviteras ainsi pas mal de conflits. Considérer l’autre, c’est lui porter attention, c’est respecter son point de vue, l’accepter tel qu’il est même si je ne suis pas d’accord.

Par exemple :

Chéribi :  “non, je n’ai pas envie de sortir ce soir, je suis fatigué !”

Moi (avant la formation, sur un ton agacé) : “oui ba ça va t’as pas 104 ans, on peut au moins se faire un ciné. Ca ne devrait pas te tuer !”

Le conflit commence…

Moi (après la formation) : “tu me dis que tu as eu une semaine chargée et que tu es un peu fatigué, c’est bien ça ?”

Chéribi (interloqué) :  “euh… oui…”

Moi : “Je comprends chéri, c’est vrai que tu as eu des grosses journées et que nous sommes pas mal sortis cette semaine, mais que penses tu d’un petit ciné ce soir ?” 

La réponse pourra être oui ou non mais la discussion sera complètement différente.

Lorsque l’interlocuteur se sent considéré et entendu, il s’ouvre beaucoup plus facilement à la discussion et le conflit est évité. Ces 2 méthodes tirées de la PNL sont complémentaires à la communication non-violente.

Parce qu’entre ce que tu penses, ce que tu veux dire, ce que tu crois dire, ce que tu dis, ce que l’autre veut entendre, ce que l’autre croit comprendre, ce que l’autre veut comprendre et ce qu’il comprend….
Il y a au moins 8 possibilités de ne pas vous comprendre.

 

Et toi ? Tu as déjà expérimenté ces techniques ? Raconte-nous ton expérience dans les commentaires. 

Soumettre un commentaire