fbpx
TOP
Kiffe ton cycle avec Gaëlle Baldassari

Kiffe ton cycle avec Gaëlle Baldassari

Gaëlle Baldassari est la créatrice de Kiffe ton cycle. Pour elle, kiffer son cycle n’est pas une injonction, mais bien une promesse.

Tu trouveras dans cet article : masquer

Comment en es-tu arrivée à “hacker” le cycle menstruel et à en faire un allié au quotidien ?

Cela s’est fait par plusieurs passages successifs.

Des aménorrhées

J’ai été en aménorrhée très longtemps. J’avais 3 cycles par an et ça m’allait bien d’avoir mes règles que 3 fois par an. Pas de prise de tête ! J’en ai parlé à différents médecins et à chaque fois, j’avais la même réponse “C’est pas très grave”.

Un SOPK

Au moment où j’ai voulu avoir un enfant, là, j’ai eu un vrai diagnostic : syndrome des ovaires polykystiques (SOPK). J’ai donc eu recours à la procréation médicalement assistée (PMA). J’ai alors remarqué des changements d’humeur et d’énergie assez violents chez moi. Directrice d’agence bancaire à l’époque, il m’est arrivée d’avoir les larmes aux yeux devant un client qui me parlait de son super projet, ou d’être sur les nerfs avec certains collaborateurs, ce qui ne m’arrivait jamais avant. Mon burn-out a vraiment marqué le point d’orgue de cette situation. J’étais clairement en surinvestissement professionnel. Je n’accuse pas la PMA de tous les mots, pour autant, j’ai eu la sensation d’être projetée contre le mur par cet afflux d’hormones.

Une reconstruction formatrice

Ma reconstruction est passée par une formation à l’approche neuro-cognitive et comportementale, pour comprendre ce qu’est le stress et comment on en arrive à faire un burn-out. Je me suis également renseignée sur l’impact que les hormones ont sur notre corps. Après la naissance de ma fille, je me suis promis de contribuer à ce que le monde change pour que les femmes soient à leur juste place dans la société. J’ai donc commencé à accompagner sur le leadership féminin et je me suis rendue compte que le cycle menstruel était bien malmené et mal compris. C’est à ce moment-là que je me suis lancée sur la transmission de la connaissance du cycle à temps plein.

Aujourd’hui, ta fille a 10 ans, quelles ont été les différentes étapes de Kiffe ton cycle ?

La toute première étape était une réunion avec des clientes que j’accompagnais en coaching, pour leur parler de cycle, puis j’ai commencé à donner des conférences. J’ai ensuite créé le programme Kiffe ton cycle en ligne, et le livre a suivi.

À travers ton livre “Kiffe ton cycle”, tu utilises la métaphore du Surf. Quel lien fais-tu entre le surf et le cycle menstruel ?

Je suis bretonne, donc la mer et le surf ça me parle. Je me suis rendue compte que le cycle menstruel fonctionne un peu comme une vague. À chaque vague, succède une autre vague, qui succède une autre vague et ainsi de suite. On est aujourd’hui la génération d’humains qui vit le plus de cycles menstruels, soit environ 500, ce qui n’est pas rien.

Cette vague est différente d’un cycle sur l’autre, un peu comme à la mer où l’on peut avoir une vague forte et deux, trois un peu plus douces derrière. Sauf que la société nous propose classiquement de faire exactement comme avec les vagues quand on va à la mer, c’est-à-dire, je me la prends dans la tête, je ne sais pas trop comment je gère. Si elle n’est pas trop grosse, j’ai de la chance, sinon je fais un roulé-boulé puis je reprends ma respiration comme je peux.

Les systèmes hormonaux généralement proposés bloquent le cycle menstruel, alors que ces vagues sont une énergie. Aujourd’hui, on nous apprend à les subir, mais demain on peut tout à fait faire quelque chose de positif avec. Et la meilleure façon d’utiliser une vague, c’est de la surfer. Le cycle menstruel comporte les mêmes étapes qu’une session de surf.

Décris-nous ces étapes du cycle menstruel

Posée sur sa planche – Début des règles

Comme lors d’une session de surf, on commence posée sur notre planche. C’est le premier jour du cycle marqué par le premier jour des règles. Toutes les hormones sont au plus bas, on est tranquille, apaisée, on peut se ressourcer. On peut regarder comment était la vague du cycle précédent, et comment on veut surfer celle qui arrive. C’est donc le moment de faire le bilan et de prendre des décisions.

La prise d’élan – Après les règles

Et là, on voit la vague qui arrive, et on se met à ramer parce qu’on veut la choper ;-). On sent que l’énergie remonte grâce aux œstrogènes qui agissent comme une pédale d’accélérateur. C’est le moment où on prend notre élan. On est dans l’action, on prend les to-do list et on les traite.

Debout sur la planche – Ovulation

Sur l’eau, c’est comme si on ramait. Au bout d’un moment, on sent qu’on est portée par la vague et on se met debout sur sa planche. D’un seul coup, on a moins envie d’être dans l’action, mais plus dans le lien et dans l’interaction avec les autres. C’est dû à un pic de testostérone.

Tube de la vague – Phase prémenstruelle

Ensuite, on descend dans le tube de la vague. Une fois l’ovulation passée, on arrive dans la période prémenstruelle. On a toujours un peu d’œstrogène, donc on peut encore se mettre en action, mais on a aussi la progestérone qui arrive et qui, elle, fonctionne comme la pédale de frein pour préparer le corps à une gestation possible. Donc, comme en surf, on se retrouve dans un tube. Nos émotions sont bousculées. On voit moins le soleil, plus le côté noir des choses et ce qui ne nous convient pas. Et on est ballottée avec ces hormones qui accélèrent, freinent, accélèrent, freinent ce qui rend cette phase prémenstruelle inconfortable.

Et comme c’est un cycle, on revient à la première phase en se posant sur la planche pour repartir sur un nouveau cycle.

Parfois, ça colle parfaitement avec ce que je viens de décrire, parfois, c’est différent, d’où l’importance de s’observer pour voir si vos “positions” de surf sont les mêmes ou si vous faites plutôt le poirier à l’envers sur votre planche.

A lire sur le sujet : Le super pouvoir des cycles – BD
A écouter sur le sujet : S’organiser avec son cycle menstruel

Kiffe ton cycle

Comment les émotions peuvent aider à se situer dans son cycle ?

En les observant tout en les reliant à son cycle grâce à des outils d’observation où l’on peut noter la période du cycle où l’on en est et nos émotions en face. Bien souvent, on a des émotions assez récurrentes dans notre cycle – on appelle ça des patterns, des choses qui se renouvellent – et tant qu’on ne les a pas raccrochées au cycle, on est dans l’ignorance totale de leur existence. Par exemple, j’en avais un très drôle bien que j’avais que 3 fois mes règles par an, qu’un collègue a observé avant moi (bien sûr, lui n’avait aucune idée que c’était en lien avec mon cycle menstruel). Il avait observé que quand je me mettais à ranger comme une tornade en mode bulldozer mon bureau, derrière venait systématiquement et très rapidement une phase de colère.

Tes émotions, tu comprendras

Que disent tes émotions ? Que faire pour les comprendre sans les subir ?
Découvre les émotions et apprend à en faire des alliées au quotidien.

Tout savoir sur mes émotions

Quelles méthodes conseilles-tu pour “observer” nos émotions ? Papier ou applis ?

Clairement lâcher vous la grappe et faites au plus simple pour vous ! J’ai créé les fleurs de cycle, qui permettent de tout noter sur une même feuille.

J’attire par contre votre attention sur le fait que la plupart des applications sont prédictives et calculent votre ovulation par un algorithme. Cette prédiction est fausse, ne l’utilisez jamais comme méthode de contraception.

Sinon allez sur des applications comme Moonly ou Naturel Cycle qui ne sont pas des applications prédictives, mais qui aident à repérer l’ovulation en se basant sur la température et d’autres observations – on appelle cela la symptothermie.

A lire sur le sujet : Comment j’ai appris à mieux écouter mes émotions grâce à mon cycle ? 

L’hypersensibilité peut-elle exacerber les symptômes ressentis pendant le cycle menstruel ?

Notre cycle nous invite à visiter nos différents états : émotionnels, psychologiques, physiques et énergétiques. Donc on n’est pas la même d’un jour à l’autre, ce qui peut être très déstabilisant. Quand on est dans un système dans lequel on pense qu’il faut réussir à contrôler ses émotions ou paraître toujours la même personne, on peut avoir des difficultés avec le faire quand le balai hormonal nous traverse tous les mois. C’est beaucoup d’énergie de perdue. Essayons de comprendre nos émotions, plutôt que de les contrôler.

A lire sur le sujet : Comment ne pas se laisser submergé(e) par ses émotions ?

Kit de survie offert pour Autistes Autiste, Extraverti, Introvertis, introverti, Surdoués, Personnes hypersensibles, Personne hypersensible, Gens sensibles, Quelqu un de très sensible, Personne très sensible, Je suis sensible, Personnes sensibles, Quelqu un de sensible, Surdoué, Enfant sensible, Fille sensible, Personnes plus sensibles, Enfants sensibles, Individu sensible, Enfant à haut potentiel ,Personnes qui ressentent, Femme sensible, Hommes sensibles, Extravertis, Extrêmement précoce, Extrêmement sensible, Autisme, TDAH, zèbre, surdoué, HPI, Haut potentiel intellectuel, haut potentiel émotionnel, Fleur de peau, Très-sensible, Grande sensibilité, Émotions des autres, Trait de caractère, Être sensible, Être hypersensible, Empathique, Hyper-sensibilité, Sensible aux autres, Sensible au travail, Être moins sensible, est très sensible, Dit sensible, Devenir sensible, Sensibilité des gens, Hautement sensible, Surdoué, Sensibilité exacerbée, Introvertis, Développer sa sensibilité, Sensible à d autres, Doté d une sensibilité, Caractère sensible, Gens sont sensibles,Émotivité, Tellement sensible, Fort sensible, Extrême sensibilité, Travail sensible, Relation sensible, Sensible aux critiques, Grand sensible, Être très fragile, Développer leur sensibilité, Insensible à, Avoir une sensibilité, Sensible aux difficultés , Sensible aux mêmes, Sensibilité extrême, Exprimer sa sensibilité, Façon sensible, Développer une sensibilité, Très sensibles, Excès de sensibilité , Ressentent les gens, Manière sensible, Peau hypersensible, Profondément sensible, Sensibles aux autres, Gens ressentent , Sensibles à d autres, Sensible à la manière, Sensibilité au monde, Sensible au monde, Hyperesthésie, Compassion, Vivre et ressentir, Système nerveux, Sentiment d être incompris, Différence est sensible,Intelligence émotionnelle, Mieux se comprendre, Sensorielles, Ressent les choses, Odorat, Sensoriels, Sentiments exacerbés, Devient moins sensible , Sensibilités, Introversion, Tempérament, , Sentir les choses, Intolérance , Faisait ressentir, Ressenti comme étant, Sensibilité excessive, Frissons, Hypersensibilité, Enfants sont sensibles, Différences sensibles, Sensibilité particulière, Moins sensible, Moins sensibles, Ressentir les choses, Belle sensibilité, Toxique, Personne concernée, Être empathique, Être une éponge , Physiologiques, Ressens la même chose, Peur d avoir peur, Estime de soi, Grande empathie, Sensoriel , Hypersensibilité connue, Exacerbée, Sensible à certains, Rester sensible, Intuitifs, Profondément ressenti, Positives, Manque de confiance, Intellectuel, Quotient, Ressentent la même chose, Être extrêmement, Percevoir le caractère, Telle sensibilité, Impossible de ressentir, Ressentir la moindre, Bienveillant , Peurs, Réactif, Désagréables, Fait sensible, Enfant intérieur, Rend sensible, Ressent très fortement , Supporte aucune, Mon enfant, Forte empathie, Présentant une hypersensibilité, Tester la réaction, Vraiment sensible, Réagissent fortement, Avoir des réactions, ultra sensible, ultra sensibles,

La sensorialité

Dans l’hypersensibilité, les sens sont très réceptifs. Il est possible que les hypersensibles ressentent plus de douleurs ou d’inconfort physiques au fur et à mesure du cycle, comme par exemple une sensibilité à certains sons, certaines odeurs, certains goûts ou certains touchers. Ce qui peut être bizarre pour mon entourage quand je ne supporte pas quelque chose à un moment et qu’à une autre période du cycle, ça passe “crème”. Parfois, les gens ont l’impression que je fais du cinéma, que j’en rajoute ou que je fais mon intéressante, mais pas du tout. Par exemple, quand je suis posée sur ma planche, je suis TRÈS sensible au niveau des odeurs, ou quand je suis dans le tube et qu’on vient me serrer ou m’oppresser, c’est compliqué.

Je ne parle que de mon expérience, mais j’imagine qu’elle est partagée avec d’autres personnes hypersensibles.

Il y a donc bien un lien entre hypersensibilité et cycle menstruel et l’important est de le comprendre, car souvent, on est discrédité de quelque chose qu’on n’a pas compris. Parce que finalement, si on est capable d’expliquer que là, on a nos règles et que certaines de nos réactions et sensations sont différentes, les gens peuvent le comprendre.Sauf que si on se disqualifie nous-mêmes en se disant, je ne comprends pas la semaine dernière ça allait alors que cette semaine, j’ai juste envie d’arracher la tête de tout le monde, on n’a pas la même façon de réagir à la critique.

Paradoxalement, quand on est enceinte, on accepte ces changements parce qu’on a décidé de faire de la grossesse une période exceptionnelle (et elle l’est), et si on faisait la même chose avec le cycle ?

En cherchant des études sur l’hypersensibilité émotionnelle et le cycle menstruel, j’ai trouvé beaucoup d’informations autour du syndrome prémenstruel et du trouble disphorique prémenstruel, dis nous en plus ?

Je veux vraiment que vous fassiez la différence entre 3 situations : la phase prémenstruelle quand on est dans le tube de la vague, le syndrome prémenstruel et le trouble dysphorique prémenstruel. Ce sont 3 choses très différentes qu’on a tendance à mélanger dans le langage commun. Le problème en mélangeant tout ça, c’est qu’on rend normale la souffrance.

Phase prémenstruelle – PM

La phase prémenstruelle, quand on est dans le tube, est inconfortable. Dans l’inconfort, on est bousculé, c’est désagréable, mais ce n’est pas souffrant. Dans cette période, des choses doivent sortir de nous pour être exprimées, et c’est une chance inouïe que notre corps nous propose de le faire.

Syndrome prémenstruel – SPM

Le syndrome prémenstruel, c’est quand cette phase prémenstruelle devient souffrante. Quand il y a par exemple

  • des colères qui nous dépassent et qu’on ne sait plus comment gérer la situation,
  • des douleurs au niveau de la poitrine,
  • des gonflements au niveau du ventre, des chevilles,
  • des migraines,
  • des problèmes de peau,
  • des insomnies…

Le syndrome prémenstruel, c’est notre corps qui nous signale un déséquilibre. Ce n’est donc pas une fatalité et c’est pour cela que nous avons créé le programme “Kiffe ton syndrome prémenstruel”.

Trouble disphorique prémenstruel – TDPM

Le trouble disphorique prémenstruel se situe au niveau psychologique. On ne parle pas ici de symptômes physiques (ceux-là sont vraiment associé au syndrome prémenstruel). On peut alors ressentir des pensées suicidaires, des phases de dépression, une fatigue extrême… Certaines personnes ne peuvent pas aller travailler. Ce trouble est aujourd’hui recensé dans les maladies physiques psychiatriques classées dans le DSM 5 (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux et des troubbles spychiatriques). Si vous êtes dans ce cas-là, ne restez surtout pas seules, faites vous accompagner d’un médecin qui connaît ce trouble.

A lire sur le sujet : Trouble disphorique prémenstruel, où quand le SPM est beaucoup trop fort 

3 situations prémenstruelles : phase prémenstruelle, syndrome prémenstruel, trouble disphorique prémenstruel

Y a-t-il des mesures d’auto-soins ou des modifications du mode de vie que les personnes peuvent adopter pour mieux gérer cette sensibilité pendant leurs règles ?

Souvent, dans la partie prémenstruelle, on “récolte” ce qui a été semé pendant le reste du cycle. J’aime parler d’hygiène émotionnelle. Par exemple, je suis posée sur ma planche, je suis crevée, mais on me demande de faire un truc. Et ce n’est pas censé être à moi de le faire, mais flemme de me prends la tête, je le fais. Ça ajoute un petit caillou dans ma hotte.

Ensuite, arrive la prise d’élan, là où j’ai plein d’énergie ! Du coup, si on me demande un truc qui n’est pas de mon ressort, ou si un truc traîne dans la maison, pareil, je le fais. Et hop, je collecte des petits cailloux. À chaque fois que je le fais, ça grince, ce n’est pas ok pour moi, mais je le fais juste parce que j’ai de l’énergie et que je ne me sens pas de dire non.

Ensuite, debout, sur ma planche, je veux nourrir mes relations donc si on me demande un truc, bien sûr, je le fais même si ce n’est toujours pas ok. Et puis pendant ce temps-là, je continue de collecter les cailloux dans ma hotte !

Du coup, dans la phase pré-menstruelle, on va se prendre notre hotte sur la tête. Une avalanche de cailloux sur la tête, ça fait mal, ça nous met en colère et ça crée de la réactivité !

Donc la première proposition que j’ai envie de vous faire, c’est d’aller voir comment vous “gérer” vos émotions tout au long du cycle. Je faisais partie des personnes qui tant que je pouvais gérer, je le faisais avec le sourire, et a un moment ça explose. Et ça fait des phases prémenstruelles violentes, car la pression est montée, tellement forte dans cette hotte où j’ai collecté mes cailloux qu’au moment où mon corps ne peut plus porter la hotte, il me la jette dans la figure. Mais si au fur et à mesure, on arrive à ne pas remplir la hotte de cailloux, ça se passera beaucoup mieux. Se décharger de cette hotte une fois par cycle minimum est un cadeau, car si la hotte ne se décharge jamais, le choc est encore plus violent.

Quelle est la nature du déséquilibre quand on est en SPM ?

C’est un déséquilibre hormonal sur lequel on peut agir. Souvent, il y a un excès d’œstrogène et un manque de progestérone, donc il faut faire en sorte que le corps arrive mieux à éliminer les œstrogènes et produisent plus de progestérone s’il y en a besoin. Le déséquilibre hormonal est généralement sous-tendu par nos activités, notre niveau de stress, notre alimentation, notre rythme de vie… Mais nous avons un moyen d’action. Et la bonne nouvelle, c’est que quand on résout ce déséquilibre-là, le corps va aller beaucoup mieux.

Le cycle est donc réellement un indicateur de notre bien-être. Et prenant des hormones, ça coupe la tête du messager. Et c’est ce que je transmets à travers tous mes supports :

Gaëlle Baldassari

Si tu veux apprendre à te connaître, toi, tes envies, tes besoins, ton rythme, assemble les pièces de ton mode d’emploi.

L'essentiel pour se comprendre - Développement personnel - Assemble ton mode d'emploi

Vous avez aimé cet article ? Épinglez-le sur Pinterest pour le retrouver plus tard

Kiffe ton cycle avec Gaëlle Baldassari
Kiffe ton cycle avec Gaëlle Baldassari
Kiffe ton cycle avec Gaëlle Baldassari

Soumettre un commentaire